echassebandeau.jpg

Débat public

La situation ne se prête pas beaucoup à autre chose qu'à la santé des un.e.s et des autres, en attendant que la crise passe.
Nous vous invitons néanmoins à participer, avant le 29 mars (6 jours de rab seulement par rapport au délai initial !!), à la consultation officielle de l’État sur les priorités qu'il se devrait de défendre pour la future politique agricole commune 2021-2027. Vous en aviez entendu parler, vu passer l'information ? Certainement que beaucoup de non initiés, non... Et pourtant, voyez l'importance du sujet !
10 questions vous sont posées sur la base des priorités établies. Vous pouvez leur affecter une réponse "peu prioritaire" à "très prioritaire".
Si nous, citoyens-consommateurs-contribuables, voulons vraiment faire en sorte d'infléchir la politique de la France sur l'agriculture, pour l'amener ici et maintenant à se focaliser sur une transition vertueuse, vraiment en prise avec les dérèglements bioclimatiques et la santé publique, alors nous savons ce que nous avons à défendre dans cette consultation.
Il n'y a eu que 2200 réponses à ce questionnaire ! C'est indigent par rapport au nombre que nous sommes (47 millions, rien que les inscrit.e.s sur les listes électorales) !  Il est essentiel de faire valoir nos attentes et exigences environnementales et sociétales.
Depuis le Traité de Lisbonne, la PAC est retombée dans l'escarcelle des États membres, qui en partagent la compétence avec l'UE. A cet égard, les États membres ont la primauté de la politique agricole sur l'intérêt général communautaire (principe de subsidiarité de l'intervention de l'UE). C'est dire que nous devons trouver les moyens de forcer la France à un autre modèle ! https://jeparticipe.impactons.debatpublic.fr/